Sharing is caring!

Les jeux de la francophonies sont sur le sol ivoirien et la ville de même que les informations tournent autour de cet événement qui est une belle opportunité pour mon pays.

Je ne me suis pas particulièrement intéressée aux jeux de la francophonie vu que j’ai tellement de choses à faire et que me mettre d’autres charges en plus serait du suicide. Pourtant, en tant que blogueuse foodie, on m’a confié la tache de communiquer sur un restaurant présent aux villages de la francophonie au palais de la culture.

Dans le cadre donc de ce travail, je me suis rendue au restaurant pour faire des shoots et prendre des notes pour avoir des éléments sur lesquels communiquer sur la durée des jeux.

Ces participants qui ont faim aux jeux de la francophonie

Ces participants qui ont faim aux jeux de la francophonie , cultik, mondoblog

Assise à une table, je me suis retrouvée très vite avec des voisins venant d’un autre pays que je ne citerai pas. Il y avait environ 10 jeunes gens venus participer aux jeux de la francophonie. Installés à une grande table près de moi, ils regardaient le menu avec envie et ne se décidaient pas à commander. Moi, j’étais à mon énième plat et je n’en pouvais plus. Devant mon plat de frites, je séchais grave.

C’est là, que l’une des jeunes dames de la table des participants étrangers c’est tourné vers moi et en chuchotant m’a demandé si je comptais finir mon plat de frites et si non est ce que je pouvais le lui remettre ?

Je n’ai pas hésité une seconde à lui remettre mon assiette qu’elle a partagé avec ses amis. Je devais recevoir un autre plat que j’avais annulé parce que je ne pouvais plus manger et j’ai regretté parce que je pouvais remettre ce dernier plat à cette table. L’un des jeunes hommes m’a demandé si j’étais ivoirienne. J’ai hoché la tête. Il m’a remercié pour ma générosité de même que toute la table. Ils ont trouvé dommage que j’ai annulé le dernier plat qui leur aurait bien servi.

Je suis triste de voir que des pays peuvent envoyer leurs citoyens à des jeux avec le stricte minimum sans penser au fait que pour réussir parfois il faut avoir le ventre plein. Ce restaurant a des couts vraiment acceptable mais pour ces participants la, c’était trop et c’est déplorable vraiment.

Courte et attristante est mon expérience de ces jeux de la francophonie.

Sharing is caring!