Sharing is caring!

« Le pays va mal » est une chanson de l’artiste Tikken Jah. Cette chanson qui lui a ouvert les portes du succès et l’expulsion de la Côte d’Ivoire. C’était au temps de l’ancien président de la république Henri Konan Bedié. Aujourd’hui, je reprends ce titre pour m’exprimer sur la situation de crise qui couve dans mon pays

Le pays va mal

Les ivoiriens ont toujours été un peuple pacifique et accueillant. De nombreuses nationalités ce sont installées dans le pays à la recherche d’un mieux vivre. Et pendant des années, les choses se sont bien passées à l’exception de quelques situations entre autochtones et étrangers en majorité à l’ouest du pays.

Aujourd’hui, après de multiples crises, on peut dire que la Côte d’Ivoire a mal. Le pays ne se remet pas de toute cette haine, de tout ce sang versé. Et aujourd’hui plus que jamais, le contrôle des choses semblent partir dans tous les sens.

Le peuple en a marre des attitudes déplorables des maires qui au lieu de penser au bien être de la population decident de brûler les marchés pour se faire réélire, marre des gens qui s’arrogent des terres et en viennent aux armes pour les maintenir, marre de voir les biens octroyés aux étrangers au détriment des fils du pays

On crit à la xénophobie, on crit à la haine de l’étranger. De biens grands mots quand il y a tout simplement un ras le bol justifié. Les ivoiriens sont fatigués de passer au second plan dans les priorités des dirigeants, fatigués d’espérer un mieux être qui ne vient pas.

Le pays va mal et c’est triste pour ce potentiel immense qu’il a. C’est triste pour ces habitants, triste de voir à quel point leur vie ne compte pas. 

Mais, même au plus sombre, que l’ivoirien, l’ivoirienne se souvienne de qui il est. Il est un humain plein d’amour pour autrui, qu’il se souvienne et qu’il ne se perde pas.

Parce que, au plus mal, la lumière est celle qui permet de se relever, de reconstruire, de survivre.

 

Sharing is caring!